Actualité Auto

La voiture électrique bientôt moins chère que l’essence ?

La voiture électrique sera bientôt moins chère à fabriquer que les véhicules à combustibles fossiles dans tous les segments de véhicules légers en Europe à partir de 2027 : c’est ce que révèle une étude BloombergNEF commandée par l’ONG Transport & Environment.

voiture electrique moins cher

Durée de lecture estimée: 4 minutes

Des SUV électriques de moins en moins chers

Dans quatre ans, autant dire demain, les véhicules électriques seront vendus au même prix que les atmosphériques. Et ensuite, la voiture électrique sera carrément moins chère. C’est ce que prétend l’ONG Transport et Environnement qui s’appuie sur une étude commandée à BloombergNEF. Cette tendance pourrait concerner tous les segments. Selon T&E, les berlines électriques (segments C et D) et les SUV seront aussi bon marché à produire que les véhicules essence à partir de 2026, et 2027 les petites voitures (segment B). Cette inversion des courbes s’expliquerait par la baisse des coûts des batteries, les nouvelles architectures de véhicules et les lignes de production dédiées aux véhicules électriques.

L’électrique positif pour l’économie

Pour Julia Poliscanova, directrice principale des véhicules et de la mobilité chez T&E, « les véhicules électriques seront une réalité pour tous les nouveaux acheteurs d’ici six ans. La voiture à moteur électrique sera moins chère que les moteurs à combustion pour tout le monde, de l’homme avec une camionnette à Berlin à la famille vivant dans la campagne roumaine. Les véhicules électriques sont non seulement meilleurs pour le climat et le leadership industriel de l’Europe, mais aussi pour l’économie. »

Néanmoins, pour parvenir à ces résultats optimistes pour l’avenir des voitures électriques, plusieurs facteurs seront nécessaires. Ainsi la montée en puissance rapide de la production et des ventes de véhicules électriques sera nécessaire et obligatoire pour réduire les coûts de fabrication et générer l’adhésion des consommateurs. Selon l’ONG, « seuls des objectifs de CO2 plus stricts pour les constructeurs automobiles dans les années 2020, y compris un nouvel objectif 2027, peuvent garantir cela ».

Les fourgons électriques aussi

La tendance à la baisse des prix de l’électrique devrait concerner également les fourgonnettes électriques légères : selon l’étude BloombergNEF, elles seront moins chères que les fourgonnettes diesel à partir de 2025 et les fourgonnettes électriques lourdes à partir de 2026. 

Reste que les fourgons électriques représentent seulement 2% des ventes aujourd’hui, en raison de normes d’émissions faibles qui ne parviennent pas à inciter les fabricants à investir dans leur approvisionnement. Là encore, pour convaincre les fabricants de fourgons à investir dans l’électrique, les législateurs européens devront fixer des objectifs ambitieux en matière de CO2, ainsi que des quotas de vente de fourgons électriques dédiés, pour augmenter les investissements et le nombre de modèles électriques sur le marché.

100% des ventes de voitures électriques d’ici 2035 ?

L’ONG est plutôt optimiste puisqu’elle assure que « les voitures et camionnettes électriques

à batterie pourraient atteindre 100% des nouvelles ventes d’ici 2035, même en Europe du Sud et de l’Est, si les législateurs augmentaient les objectifs de CO2 des véhicules et intensifiaient d’autres politiques pour stimuler le marché, comme un déploiement plus rapide des points de recharge. » 

Si en revanche elles sont laissées sur le marché sans politiques supplémentaires fortes, les voitures électriques à batterie n’atteindront qu’une part de marché de 85%, et les fourgons électriques, seulement 83%, dans l’UE d’ici 2035 – sans l’objectif de l’Europe de décarboner d’ici 2050.

C’est l’Europe qui décide

En attendant, la Commission européenne devrait fixer une date limite pour les ventes de voitures à combustibles fossiles dès le mois de juin prochain, date à laquelle elle devrait proposer de resserrer les objectifs de l’Union Européenne en matière de CO2 pour les voitures.

En avril dernier, rappelons que 27 grandes entreprises européennes ont appelé les législateurs de l’UE à fixer à 2035 la date limite pour la vente de nouvelles voitures et camionnettes à moteur à combustion. Les citoyens européens semblent prêts. D’après un sondage en ligne YouGov, près des deux tiers des citadins soutiennent en effet l’interdiction de la vente de voitures neuves à essence et diesel en Europe après 2030.

Au demeurant, sept constructeurs automobiles et dix pays européens ont annoncé leur intention de supprimer progressivement les voitures conventionnelles. L’étude publiée par Transport & environnement prévoit que les véhicules électriques à batterie pourraient atteindre 100% des nouvelles ventes en Europe d’ici 2035. A condition que les législateurs introduisent des mesures telles que des objectifs de CO2 plus stricts pour les véhicules et un soutien fort aux infrastructures de recharge.