Actualité Auto

Les bonnes (et moins bonnes) résolutions automobiles 2021

Résolutions automobiles pour 2021 : Du bonus pour les autos électriques d’occasion à un malus plus sévère, en passant par la relance des flashs des radars, il y aura une flopée de changements pour les automobilistes en 2021. Petit tour de ce qui nous attend au tournant.

résolutions automobile 2021

Bonne nouvelle : un bonus de 1000 euros pour les autos électriques d’occasion

Pas besoin d’attendre 2021 pour bénéficier du bonus inédit de 1000 euros mis en place pour aider les ménages les plus défavoriser à acheter des autos d’occasion électriques. Cette aide accordée aux particuliers pour l’achat ou la location d’une auto âgée d’au moins deux ans, est entrée en vigueur depuis le 9 décembre 2020. Coup de pouce aussi pour les bornes de recharge électriques où le taux de TVA est réduit à 5,5 % pour l’installation d’une borne dans une habitation dès le 1er janvier 2021.

Tour de vis pour le malus

Comme chaque année, le barème du malus se fait plus sévère. Le gouvernement a décidé d’y aller progressivement en faisant évoluer le malus en trois étapes : le seuil de déclenchement sera abaissé, de 138 à 133 g/km selon la norme WLTP puis, pour limiter la casse en 2021, sous 160 g/km, la hausse du malus ne dépassera pas 500 euros. Enfin, pour les automobilistes qui veulent acheter un modèle très gourmand et émetteur de CO2, le malus maximal passera de 20 000 à 30 000 euros à partir de 219 g/km.

Pas que des mauvaises résolutions pour les automobilistes en 2021…

Pour les amateurs de voitures d’occasion puissantes, enfin quelques bonnes nouvelles avec trois petites taxes auxquelles le gouvernement met fin.  Le projet de loi de finances 2021 stoppe ainsi la surtaxe sur les voitures les plus puissantes, qui commençaient à 36 CV, avec 500 euros par cheval fiscal (dans la limite de 8 000 euros). Mais aussi le malus sur les modèles d’occasion de plus de 10 CV (de 100 à 1 000 euros) et le malus annuel sur les modèles les plus polluants, d’un montant de 160 euros (au-delà de 250 g/km pour les véhicules de 2009, 245 g/km pour les véhicules de 2010 et 2011 et 190 g/km pour les véhicules depuis 2012).

Hausse des prix du carburant, une mauvaise résolutions en 2021…

Pas de hausse des taxes pour les carburants. Mais une hausse des prix à la pompe qui pourrait flamber en même temps que celui du pétrole si une reprise économique a lieu suite aux vaccins Covid19 et donc à la hausse de la demande d’or noir.

TVS : nouvelle méthode de calcul pour les professionnels

Bol d’air pour les professionnels : la taxe sur les véhicules de société va être revue et simplifiée en 2021, avec une taxe en baisse à la clé. Exit le barème par tranche, il y aura une grille à la manière du malus CO2, c’est-à-dire avec un montant par gramme. Cela débutera à 17 euros pour 21 g/km et ira jusqu’à 157 g/km.

Radars : ça va flasher encore plus en 2021

Entre la vague de destructions lors de la crise des gilets jaunes et les confinements successifs, les radars étaient un peu au chômage. Mais ils vont reprendre du service en 2021 avec plus de 4700 radars cabine mis en place et l’arrivée du radar tourelle, multi fonction (vitesse, feux rouges grillés, ceinture pas attachée…) en ville. Autre changement : les radars pourraient également être installés par les maires, sans en passer par le Préfet…

ZFE : zones à faible émission

Les ZFE vont se multiplier afin de lutter contre la pollution dans les grandes villes. Quatre zones à faible émission sont déjà en place : Paris, Métropole du Grand Paris, Lyon et Grenoble. En 2021, il y en aura sept villes supplémentaires : Aix-Marseille, Montpellier, Nice, Rouen, Strasbourg, Toulon et Toulouse. Dans les ZFE déjà existantes, des durcissements sont déjà prévus. Le 1er janvier 2021, les utilitaires et poids lourds Crit’Air 3 seront bannis à Lyon. Le 1er juin 2021, la Métropole du Grand Paris interdira tous les Crit’Air 4.

Cotisation d’assurance à la hausse, autre mauvaise résolution pour les automobiliste pour 2021…

En 2021, les cotisations d’assurance devraient augmenter alors même que les confinements successifs ont entraîné une baisse des sinistres. Comme prétexte, les compagnies d’assurance avancent la hausse en continu du coût des pièces détachées et des nouveaux équipements complexes, comme les phares LED. Seule une catégorie de conducteurs pourrait être gagnante en 2021 : celle qui achète une auto électrique. Le gouvernement a proposé une suppression pendant deux ans de la taxe spéciale sur les conventions d’assurance (TSCA), pour les modèles immatriculés à partir du 1er janvier. De quoi faire sensiblement baisser le prix de l’assurance pour une électrique, si les compagnies jouent le jeu et si cette idée est adoptée en vote final de la loi de finances 2021.