Guide d'achat

Cartes grises : tout le monde n’est pas logé à la même enseigne

Cartes grises

Si le prix des voitures ne varie pas d’un département à l’autre, celui des cartes grises, à laquelle chaque nouveau propriétaire est assujetti, peut varier fortement en fonction de la voiture choisie et du lieu d’habitation de son propriétaire. Tour de France de la fiscalité automobile.

On y pense rarement en achetant une voiture neuve ou d’occasion. Pourtant, le prix de la carte grise, l’une des taxes sur l’automobile qui s’ajoute à la TVA, peut coûter cher et la fourchette constatée en France varie entre 250 et 1 500 euros. Des écarts de prix qui dépendent de l’endroit ou la voiture est immatriculée, mais aussi de la puissance fiscale de chaque auto calculé selon un ration assez obscure

Comment est calculée la puissance fiscale

Attention, car nombre d’automobilistes ne font pas forcément la différence entre la puissance réelle d’une voiture et sa puissance fiscale. Si la première est établie de manière simple, selon l’énergie dégagée par le moteur et mesurée sur un banc technique, le nombre de chevaux répond à beaucoup plus de critères. Ainsi une voiture de 110ch réels (la moyenne constatée en France) oscille généralement entre 4 et 6ch. Car la puissance fiscale prend en compte, outre cette fameuse puissance réelle, les émissions polluantes de la voiture, la nature du carburant qu’elle consomme et son âge. Ce calcul déterminera la taxe à payer puisqu’il est fixé par cheval. Rappelons également que les voitures d’occasion, elles aussi soumises à un changement de carte grise en cas de nouveau propriétaire, se voient bénéficier d’une ristourne de 50% lorsqu’elles sont âgées de plus de 10 ans. De plus, une autre taxe, destinée à dissuader les automobilistes de s’offrir des voitures très puissantes, frappe les voitures de 36ch fiscaux et plus. Elle coûte, selon les régions, entre 500 et 8 000 euros.

Le prix des cartes grises change selon les départements

Désormais, ce sont les régions, et non les départements, qui fixent, chaque année, le prix des cartes grises dans leurs territoires. Pour autant, les tarifs peuvent varier d’un département à l’autre. Ces sommes sont non seulement collectées par ces collectivités territoriales, mais elles en disposent, en coordination avec les départements collecteurs, pour financer toutes les infrastructures de transport dont elles ont la prérogative (routes, trains, etc). Même la carte grise ne s’appelle plus carte grise, mais certificat d’immatriculation.

Une fiscalité stable en 2019

En examinant de près la carte de France de la carte grise, un premier constat saute aux yeux : cet impôt, puisque c’est de cela qu’il s’agit, n’a pas augmenté depuis l’an passé, avec une moyenne de 42 euros par cheval. Une seule région, mais elle est vaste, a égalisé ses tarifs dans tous ses départements : c’est le grand Est et a augmenté certains de ses prix. Un geste pas trop douloureux, puisque le bas-Rhin comme le Haut-Rhin, la Champagne ou la Moselle se sont alignés sur les 42 euros de la moyenne nationale.

Les régions où il fait bon s’immatriculer

Les records de prix, du moins cher au plus cher sont regroupés dans le Sud du pays. C’est en effet en Corse que l’on retrouve le tarif le plus attractif, à 27 euros. En revanche, dès que l’on aborde le continent, en région Provence-Auvergne-Alpes-Côte d’Azur, on atteint les sommets, avec 51,20 euros. Il faut aller jusqu’à la Réunion pour débusquer le deuxième mauvais élève, puisque l’Ile réclame 51 euros. D’autres territoires et départements d’Outre Mer sont beaucoup plus accessibles puisque la Martinique et Mayotte ne demandent que 30 euros. Dans les autres départements français, la palme revient à la région des Hauts de France qui a fixé son tarif à 33 euros. Un seul département du Nord fait sécession : le Pas-de-Calais, ou le cheval coûte 37,80 euros, un prix néanmoins en baisse depuis 2018.

Anne-Charlotte Laugier, journaliste, blogueuse et romancière (Ramsay).