Nouvelles technologies

Intelligence artificielle : pas seulement dans la voiture autonome

Évidemment, lorsque l’on évoque la digitalisation, les algorithmes et tout ce qui touche à l’intelligence artificielle, on pense à la voiture qui se passe de conducteur. Mais l’IA rend bien d’autres services, dont certains existent déjà.

intelligence artificielle

Aujourd’hui, le seul terme d’intelligence artificielle conduit immanquablement à évoquer les Google cars, et les prototypes de tous les constructeurs mondiaux qui travaillent d’arrache-pied sur la voiture autonome. Mais l’informatisation, les connexions des véhicules entre eux et toutes les autres formes de robotique touchent déjà l’univers automobile. Pour faciliter la vie des conducteurs et de leurs passagers, pour améliorer les process de fabrication et de réparation des voitures, mais aussi pour sauver les automobilistes en cas de danger. Petit tour dans un futur qui, dans certains cas est déjà une réalité d’aujourd’hui.

L’industrie 4.0 est en marche

Aujourd’hui, une usine qui assemble des automobiles est évidemment équipée de robots, mais elle ne saurait tourner sans l’appui des hommes. Mais demain, il est tout à fait envisageable de produire 800 véhicules par jour sans l’intervention d’un seul humain, grâce à l’intelligence artificielle. Cette industrie 4.0 déjà à l’étude, fait intervenir des machines reliées entre elles. Des robots monteurs de pièces les commandent à d’autres robots qui les alimentent en allant s’approvisionner toutes seules en éléments manquant. PSA teste actuellement ce type de système à Kenitra au Maroc. Les seuls opérateurs humains de ces usines du futur ne seront plus que des roboticiens chargés du bon fonctionnement des machines.

L’auto diagnostique est déjà une réalité

Un voyant allumé au tableau de bord ? Un dysfonctionnement du moteur ? Une voiture qui ne démarre pas ? Aujourd’hui, dans la plupart des cas, le malheureux qui subit cette panne est obligé d’aller chez son garagiste ou, si son auto reste obstinément arrètée, de se faire dépanner. Mais dans quelques temps, il suffira, via son Smartphone, de prévenir un opérateur central dédié à sa marque et le diagnostic de la panne éventuelle sera réalisé à distance. Pour ce faire, l’auto se connectera d’elle-même à la plateforme du constructeur au travers des capteurs intégrés et d’une connexion 4G et bientôt 5G. Un diagnostic qui peut même se faire automatiquement, sans avoir à le demander, dès qu’une pièce est abimée. La panne ainsi détectée pourra, dans certains cas être réparée à distance, s’il s’agit d’un dysfonctionnement électronique. Et si la panne est mécanique, le garagiste sera alerté en temps réel, les pièces nécessaires commandées automatiquement et l’intervention pourra se faire avec un énorme gain de temps.

Une mise à jour automatique

Un simple clic, et les logiciels d’un ordinateur se mettent aujourd’hui à jour. Ce sera bientôt le cas pour une voiture. Un GPS aux cartes obsolètes ? Il suffira d’être connecté au wifi ou à la 4G pour que les dernières cartographies apparaissent sur l’écran. Il est même possible, dès aujourd’hui, de modifier les données électroniques d’une voiture, via l’intelligence artificielle. C’est ce que propose déjà Ford sur certains modèles comme la Mustang. Plutôt puissante, la voiture est vendue avec une seconde clé destinée à un jeune conducteur à qui son papa ou sa maman prête l’auto le temps d’une soirée. La seconde clé dispose d’un transpondeur qui baisse la puissance de la voiture pour éviter les excès, mais qui, dans la foulée, coupe également le son de l’autoradio si toutes les ceintures ne sont pas bouclées. Puisque aux États-Unis, elle n’est pas obligatoire et que les autos locales ne sont pas munies d’avertisseurs.

Voitures interconnectées : sécurité retrouvée

Sur une route de montagne, les virages se succèdent. Pour prendre ses aises sur des voies souvent étroites, il serait utile de savoir si une voiture arrive droit sur nous. De même, une auto en panne sur le trajet peut-être masquée par un obstacle quelconque. Connaître son emplacement à l’avance peut épargner bien des vies. Grâce à l’intelligence artificielle c’est désormais possible, grâce à des émetteurs récepteurs placés dans chaque auto et qui interagissent entre eux. Le système est relativement simple, mais pour qu’il soit opérationnel, toutes les voitures doivent en être obligatoirement équipés. Un appel aux pouvoirs publics qu’il convient de lancer.

Anne-Charlotte Laugier, journaliste, blogueuse et romancière (Ramsay).